Maison et santé : la pollution intérieure un tueur SILENCIEUX

Dernière mise à jour : 3 déc. 2019

Maison et santé : la pollution intérieure


Par Guy Roulier

Quand on parle d'environnement et des risques-santé qui y sont liés, c'est le plus souvent de l'environnement extérieur dont il est question. On oublie encore trop souvent l'impact considérable de notre environnement intérieur, celui de notre maison ou de notre lieu de travail sur notre santé, impact responsable de nombreuses maladies aigues ou chroniques graves.

Les méfaits de la pollution domestique sur la santé sont désormais scientifiquement prouvés et quantifiés. Les particules fines en suspension dans l'air de nos maisons sont innombrables et leurs effets délétères sur notre arbre respiratoire favorisent la survenue de la redoutable maladie connue sous le nom de BPCO.

Nous passons plus d'un tiers de notre vie dans notre maison et le reste dans notre milieu de travail ou dans les transports. La plupart des citadins ne passent pas plus de 10% de leur temps en plein air et encore moins au soleil. Cette constatation faite, notre connaissance des relations entre la santé et l'environnement doit nous inciter à construire autour de nous une ambiance favorable à notre santé. Or, l'habitat dit "moderne"de par sa conception et les matériaux de construction et de décorations utilisées peut nuire à notre santé (humidité, défaut d'ensoleillement, poussières, émanations de produits chimiques, mauvaise ventilation...).

Quelles sont les bases d'une habitation saine ?

1) La conception bioclimatique s'impose évidemment.- exposition au sud avec surface vitrée isolante, panneaux solaires thermiques, côté nord, isolation renforcée, et créations de zones tampons (pièces non chauffées tels que garages, cellier, réserve, atelier...).- protection végétale au nord (haies ou arbres feuillus).

2) Les matériaux de construction et de décoration doivent être respectueux de l'environnement et économe en énergie, de la production à la fabrication et même jusqu'au recyclage.

3) L'air ambiant de la maison doit être sain et sec :- les matériaux doivent respirer afin de limiter l'humidité et renouveler l'air vicié intérieur, évitant également la prolifération de moisissures, sources d'allergies.- les matériaux naturels préconisés pour les murs sont : le bois, la terre (crue ou cuite), la paille, le chanvre. Pour l'isolation, sont employés des matières nobles comme le liège, la laine de mouton, la plume de canard, le lin, ou le chanvre. Les enduits et liants sont en chaux ou en argile.

Ce qu'il faut éviter absolument dans une maison

Les peintures et produits d'entretien chimiques dont les émanations toxiques s'ajoutent à la pollution extérieure, les "poussières toxiques domestiques", dont les effets négatifs sur la santé sont alarmants. Nombre de chercheurs sont en effet convaincus du lien entre cette pollution et la croissance de pathologies comme le cancer, l'asthme ou les allergies. Désodorisants : préférez des produits naturels. Utilisez un vaporisateur à base d'huiles essentielles de zestes d'agrumes, d'eucalyptus. Vaporiser quand personne ne se trouve dans la pièce.Produits ménagers : apprenez à utiliser les produits d'entretien naturels (voir livres)Au jardin et pour vos plantes d'intérieur : n'utilisez que des produits bio pour nourrir vos plantes et les traiter.

La qualité de l'air intérieur de la maison peut être améliorée en : - assurant, même en hiver, une ventilation efficace et maintenir une température inférieure à 23° et un taux d'humidité compris entre 40% et 60%- maintenant les surfaces des meubles et des objets propres et dépoussiérés.

Quelles sont les sources de la pollution intérieure ?

La pollution intérieure est générée par:

1) Les processus de combustion de :-bois, charbon de bois, gaz, pétrole, charbon, fuel,

tabac, dispositifs de chauffage, chauffe-eau, cheminée, cuisson des aliments, tabagisme-moteurs thermiques essence et diesel : véhicules, outillage de bricolage ou jardinage (utilisés dans garages, pièces attenantes).Les polluants de combustion sont : oxyde de carbone, oxyde d'azote, particules fines, composés organiques volatils (COV)

2) Les matériaux de construction et d'ameublement : contreplaqués, agglomérés, tapis et moquettes, tissus et literie qui peuvent libérer ou héberger des COV, y compris des aldéhydes, des fibres minérales, des acariens.

3) Les produits d'entretien, y compris les parfums d’ambiances

4) Les pesticides

5) Les appareillages électriques et la pollution électromagnétique, la climatisation, la ventilation, les humidificateurs et déshumidificateurs, les purificateurs d'air produisant de l'ozone.

6) La pollution biologique engendrée par :- les animaux de compagnie (endotoxines)- les moisissures

L'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur

Créé en juillet 2001 et missionné par les Pouvoirs Publics, l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur a pour enjeu de mieux connaître la pollution intérieure, ses origines et ses dangers, notamment grâce à des campagnes de mesure, et d'apporter des solutions adaptées à sa prévention et à son contrôle : sensibilisation des professionnels, information du grand public, évolution de la réglementation, etc. Cet organisme a organisé de 2003 à 2005 une grande campagne de mesure sur 710 logements choisis de manière aléatoire sur tout le territoire français. Cette étude a permis d'évaluer qualitativement et quantitativement l'exposition de la population aux polluants de l'air intérieur. Lien : http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2005/05-05/a0050029.htm

Les sites : Observatoire de la qualité de l'air intérieur : http://www.air-interieur.org/ Commission de la Sécurité des Consommateurs : http://www.cscnet.org/ Ministère de la Santé : http://www.sante.gouv.fr/accueil/accueil.htm

Pour en savoir plus lire : "Le guide de l'habitat sain". Drs Suzanne et Pierre Déoux. Editions Medieco. "La pollution intérieure des bâtiments". Editions Weka. "Nos maisons nous empoisonnent". Editions Terre vivante

Dans la Collection "Environnement et santé durables" Editions Dangles : "Comment entretenir sa maison au naturel" Angela Martin "Habitation et santé" Jean-Paul Dillenseger "La médecine de l'habitat". Jacques La Maya

2 vues0 commentaire